22 juillet 2006

Case D.

Me voilà replongée dans la morne tranquilité du quotidien. Se lever, faire les mêmes choses, à quelques différences près. Toulon le blog de béton puant, Toulon l'ignominie du genre urbain.

Je retrouve ma rue. Le goudron de la route, l'odeur lourde et suffoccante d'un littoral pollué. Mon jardin, un vert trop vivant. J'ai envie de pleurer.

Dans quelques minutes, il ne me restera plus qu'à passer des coups de téléphone. Des coups, plein, une rafale. Pour deux petites illuminations cérébrales, même pas plus. Et puis tous ces gens qui gravitent autour de moi, qui ne servent à rien d'autre qu'à se combler entre eux. Il faut bien un prétexte, comme hier et l'appel. Seulement, je n'ai pas caché que ce n'était que pour sa voix.

Musique. Commotion cérébrale dûe à un sérieux déficit d'altruisme. Musique, elle a ma peau, c'est la seule.

Posté par Colt à 20:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Case D.

Nouveau commentaire