29 juin 2006

Anéantissement/ Point de Départ. Encore.

Les choses ont tourné comme du lait. Je suis heureuse, mais qu'à moitié, j'ai mal, mais qu'un peu. Le reste n'est qu'un vide. Un homme qui peine, un garçon qui file. Dans la rue l'homme posé le côté de sa tête contre la fenêtre. J'ai songé qu'il était bon de retrouver ma Douleur innomable, comme si je rentrais. J'ai ri doucement, pour ne pas effrayer les passants. Tout est gommé, tout est gommé, mort, et tout prend la forme d'un grand sourire, d'un index pointé à l'horizontale, et d'un ricanement méprisant. Ahahah, le rire... [Lire la suite]
Posté par Colt à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2006

Temps.

Temps, seconde, mesure. Mesure. Comme un long fil sans fin, c'est tout. Rien de plus. Je joue sur le fil du temps. (Rasoir)
Posté par Colt à 13:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2006

Abjure ton Caprice.

Le mur froid, qui luit, sur lequel un liquide mousseux dégouline, se jette contre toi. Ton corps s'écrase, tout s'anéanti. Les feuilles des arbres se balancent doucement. Sans précipitation. Ne pas fracasser, ne pas fracasser. Tout à l'heure je retournerai Là-bas  Et plus rien n'aura d'importance. Comme dit Baudelaire, tout semble clair. L'idée envahissante. Je sais qu'il a raison. Réaliser ses rêves, ne pas se contenter de ce qu'ils engendrent. (Le tournant de la rue, pourquoi ai-je pris la glace à cet instant ? Dans le... [Lire la suite]
Posté par Colt à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2006

Négatif. Refus.

Non. Non. Comme un coup. Non. Non. Je ne me jetterai pas là-dedans, à coeur et corps perdus. Non, non, non. Tout va gentiment disparaître. Doucement, peut-être, mais... j'ai déjà fracassé. Désormais, plus jamais je n'irai le voir. Plus jamais, sauf pour lui rendre ses livres. Plus jamais, plus jamais, disparaîs, Ombre C'est étrange. Girafe réapparaît dans ma vie. Girafe, si tu es là, tu te reconnaîtras, tu aimes les écharpes Violettes. Je ne comprends rien à l'adresse, mais la mienne est sur ce site, dans "contacter... [Lire la suite]
Posté par Colt à 23:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2006

Saisir. Laisser choir ?

Pardon -C'est moi- Une fois, puis deux. D'abord le bout des doigts, juste au dessus de la table, quasi imperceptible. Puis deux, mais vraiment...
Posté par Colt à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2006

"Qu'Allah te donne la patience."

La patience. Il me souhaite de trouver auprès d'Allah la patience. La patience, la patience, quel mot qui sonne faux. Patience. Pas science. Pourtant, parfois... J'ai relu une partie du blog. J'allais si mal ? Je dis: Ah, Mon Dieu, je parle d'un mode d'emploi. Coïncidence, j'ai trouvé le Coran. Merci, infiniment merci. Maman comme une enfant pas contente lorsque ses parents ne lui cèdent pas. Elle croit, au moins. Elle ne passera pas l'éternité en enfer. Même à mon pire ennemi, je ne lui souhaite pas l'enfer. Même à mon père, je... [Lire la suite]
Posté par Colt à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2006

Là.

Posté par Colt à 21:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2006

Le Fade qui se prend pour Qui.

Ce n'est pas la raison. D'ailleurs, aucune excuse n'est valable. Il n'a qu'à m'assumer. Mais Qui est-il ? Surtout, pour Qui se prend il ? Il se déverse, il laisse. Non.
Posté par Colt à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2006

Jouer Sa Vie.

Je réalise l'Enormité de la chose... J'en ai le souffle court. Je réalise que je suis une actrice. Que ma vie est un film. Je suis une actrice. Je suis une actrice. Je joue ma vie. Le rôle est là. Je l'interprête. Je ne fais que suivre le scénario. Je suis une actrice. Mon rêve est là, tous les jours ! Quoi ? Je pourrais aussi m'y mettre, mais jouer ce que Dieu veut, et ce qu'une créature humaine veut, ce n'est pas la même chose. En fait, le scénario est là, ça ne veut pas dire que je ne choisis pas. Je n'ai pas à choisir. Je pense à... [Lire la suite]
Posté par Colt à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2006

Expulse.

Expulse le expulse le expulse le Expire le. Loin. Comme un petit moucheron près des torchons. Une trace de doigt sur la vitre, un stylo défectueux. Et ça, d'ailleurs,je n'ai pas apprécié. Et puis... J'ai raté le signe, je n'y suis pas allée. En fait, je vais tout régler, avec l'aide d'Allah Tout Puissant, Il sait, Lui, ce qui est bon à faire. Tout semble facile, aujourd'hui, bien qu'hier... Tout est clair et tout coule, comme l'eau. Le temps ? Le temps. "Et j'ai pris tout mon temps Je courais je courais je... [Lire la suite]
Posté par Colt à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]